La Taverne de Nantys Cairn Index du Forum La Taverne de Nantys Cairn
Le forum des Terres de Saïhan !
 FAQFAQ    RechercherRechercher    Liste des MembresListe des Membres    Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs  Terres de SaïhanTerres de Saïhan
 S'enregistrerS'enregistrer     ConnexionConnexion 

L'Atelier - Sièges Assaut

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    La Taverne de Nantys Cairn Index du Forum -> Concours de Background / Castels

Auteur Message
aziraphale
Commandeur


Inscrit le: 31 Mai 2007
Messages: 948

MessagePosté le : Lun Juin 08, 2009 10:58 am    Sujet du message : Répondre en citant

Erohaon
La Gueule

Citation :

Gueules : Les Loups apprécient le désert... pour ses possibilités tactiques. Noyant leur inconfort et leur frustration dans les plans d'ingénieuses machines de siège, les maîtres artisans Loups créèrent un engin typiquement adapté aux conflits désertiques. L'engin est armé, puis dissimulé sous une bonne dune de sable, et l'on n'a plus qu'à attendre l'ennemi pour le déclencher. Celui ci voit alors la dune se dérober sous lui, pour se transformer en gueule béante remplie de pointes acérées. Toujours efficace...



Le sable fin, soulevé par le vent, baignait l'étendue sans fin du désert comme une brume aride.
Dans ce brouillard de pierre, les cavaliers daronoans avançaient, chargeaient vers le Nord. Rien n'entrave la charge des colonnes de chevaliers pourpres, ni la distance, ni les deux soleils brûlants, ni la mort certaine face aux multitudes.
Ils chargent, inexorables, sans crainte et sans colère. Ils sont l'avalanche guerrière venue des Montagnes de Sang, ils sont les fleuves parcourant les Landes Éternelles. Ils sont cette force que rien n'arrête.
Le sol a tremblé. Le sol tremble toujours devant ces chevaliers.

Le Baron Udaon, fier combattant des plaines du sud, vétéran de bien des batailles. Le baron s'arrêta net. Des milliers de chevaliers en firent de même comme un seul homme !
Il leva sa hallebarde vers une dune. A sa droite l'un de ses fils acquiesça du regard.
Il chargea, sans un mot, sans un cri et son armée lui emboita le pas.

Au loin se distinguaient à peine les bannières funestes du royaume worg de Gris-Fenery, bien connu dans l'Est pour ses exactions innombrables, pour ses rebellions violentes et ses massacres sanglants.
Le Baron avait perdu un fils dans les marais, et bien qu'aucune rage n'ait jamais trahi son visage implacable, son coeur se consumait d'un désir de vengeance sans limite.
Il chargeait, son esprit hésita un instant, sur un détail, un problème dans la charge même. le sol ne semblait plus être du sable.
Mais sa raison ne put faire cesser la charge menée par son coeur.

Son fils leva le bras et l'armée s'arrêta. Seul le baron continuait la chevauchée !
L'abîme s'ouvrit sous sa monture, l'armée toute entière assista à la chute du Baron dans les gueules louves.

"Carcanier" murmura le dernier des fils du Baron. Cette folie guerrière à laquelle son père venait de succomber. Cette folie qu'il semblait avoir ramené de ses batailles dans l'Est sauvage des Worgs, cette différence qui l'habitait durant les combats depuis la mort de son premier héritier.
L'armée fit demi-tour, il est impossible aux cavaliers de prévoir les fosses géantes des Worgs.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
aziraphale
Commandeur


Inscrit le: 31 Mai 2007
Messages: 948

MessagePosté le : Jeu Oct 13, 2011 2:09 pm    Sujet du message : Répondre en citant

Elah P'Ariza

Citation :

Boucliers de siège

Ces boucliers statiques, assez grands, sont placés devant les engins de siège ou tireurs d'une armée assiégeant un château, les protégeant ainsi des flèches ennemies tout en leur permettant de tirer eux même.


La leçon du bouclier


Contreforts australe des Passes.

Le jour se lève à peine sur quelques sentiers rocailleux serpentant aux bordures de la forêt d’Aradnä. Un contingent d’Elfes Pourpres marche d’un pas sûr, les outils de leur labeur solidement portés sur leurs épaules massives.

- Le disciple : Que faisons-nous en ces bois ? Nous sommes des soldats, pas des bucherons ! Ne serions-nous pas mieux employés en notre garnison ? Nous pourrions nous y entrainer en véritable guerrier, nous exercer au maniement noble des armes et aiguiser nos esprits aux ruses de l’ennemi !

- Le Maître : Ta hache aura toujours une portée limitée. De l’ennemi tu devras bien t’approcher. Pour cela, il te faudra un abri pour te protéger.

Le même jour, lorsque le soleil est au zénith, les coups des haches sur les troncs des Feralels résonnent en écho dans une combe boisée.

- Le disciple : Il suffit ! Pourquoi devrais-je m’avilir à abattre ces arbres et à les débiter en rondin. Cela est indigne de notre rang et de nos attributions. N’avons-nous pas des serviteurs pour cela ?

- Le Maître : Même les serviteurs doivent manger et réclament leur assiette. En emporter là où nous allons ne ferait que nous condamner tous à la disette.

L’après-midi touche à sa fin, les Feralels encore debout se tintent d’émeraude et d’azur dans la lumière déclinante. D’autres sont alignés, prêt à être acheminés. Nombreux encore sont ceux qu’il reste à ébarber.

- Le disciple : Et cette hache ! Comme elle est grossière ! La manier est terriblement humiliant ! Qu’on me donne la hache de mes aïeux ! Qu’on me place face à l’ennemi ! Je cesserai de frapper pour rien et prouverai ma valeur !

- Le Maître : La hache de tes aïeux n’est pas moins lourde que cet outil que tu manies et le bois que tu tailles n’est pas moins dur que l’obscurne de l’ennemi.

Plus tard, plus bas dans la vallée, dans les chantiers entourant la place forte Daronoan. Les Elfes, imperturbables, poursuivent leur labeur à la lueur de hautes flambées.

- Le disciple : Par Orgos le Juste ! Cela fait des temps que nous jointoyons ces rondins ! Je ne suis point menuisier et j’ai bien assez de marqueterie en mon logis ! Cela suffit !

- Le Maître : Vois-tu cette cicatrice ? Un trait de scorpion. Celui qui m’est parvenu n’était que le septième à frapper un interstice bâcler et finalement percé.

Lorsque le soleil franchit enfin les sommets du Saut d’Aradnä, les attelages approvisionnent encore et encore les travailleurs en montants, traverses et trains de transport. Ainsi qu’en plein tonneaux de résine de sarnipière.

- Le disciple : Quelle bouillie pestilentielle ! Pourquoi devrais-je m’embarrasser à saccager ainsi notre ouvrage et à patauger dans cette infâme purée ! C’est bien la chose la plus écœurante que je n’ai jamais eu à côtoyer !

- Le Maître : Cette odeur n’est rien comparée à celle des charniers que tu t’apprêtes à côtoyer. Et soit bien assuré que celle-ci a son utilité.

Le lendemain, l’armée Daronoan prit la route du Nord, descendant les chemins qui conduisent au Désert d’Ambre. Sous la voute azur, le fleuve des Rois coule paresseusement, dessinant sur l’horizon une unique ligne verte et fertile sur l’immensité ocre des terres arides. Deux jours plus tard, ils atteignirent leur objectif : Tish Ran Cairn, place forte Sabelyn et premier obstacle sur la route de Wysfäll.

Quatrième jour du siège de Tish Ran Cairn. Après quatre jours et quatre nuits où les armes de sièges des deux ennemis ont assombri les cieux, après quatre jours et quatre nuits dutant lesquels la plaine et les remparts se sont couverts de flèches, de lames et de sang, les Daronoans se préparent à l’assaut des murs de la citadelle. Les fantassins attendent le signal pour charger. Ils sont en première ligne, abrités depuis la veille derrière leurs boucliers de siège. Le Maître ouvre les yeux après ce court sommeil que seul un vétéran sait trouver au cœur des combats. Son disciple est à ses côtés, il est tendu, n’a pas pu fermer l’œil depuis qu’ils ont pris position. Jamais il n’aurait pu imaginer qu’un combat puisse se révéler aussi harassant avant même le premier coup de hache.

- Comprends-tu enfin, jeune apprenti, en quoi le bois de Feralels est si utile à notre œuvre ? Léger et résistant, il nous a permis d’avancer jusqu’ici, au plus prêt de l’ennemi. La nuit fut longue mais sûre pour notre infanterie.
- Oui, Maître, je comprends.
- As-tu senti comme nos boucliers ont tremblé, grondé mais tiennent toujours bon sous les coups de boutoirs des scorpions ? Pas un seul d’entre eux n’est arrivé jusqu’à nous alors que l’autre versant de notre bouclier est maintenant aussi barbelé qu’un ursapine fou.
- Oui, Maître, j’ai senti.
- Le Maître : Entends-tu au loin grésiller les élytres des Jabsylans. Ils ont faim mais ne peuvent approcher car le sarnipière est aussi pestilentiel pour nous qu’il est poison pour eux.
- Oui, Maître, je les entends.
- Je vois que tu n’as pas lâché la hache de tes ancêtres durant toute la nuit. Es-tu prêts désormais à la manier avec art et dextérité, à la nourrir du sang de nos ennemis jusqu’à la victoire ou jusqu’au trépas ?
- Oui, Maître, je suis prêt.
- C’est bien, tu as beaucoup appris. L’aube se lève. Dans un instant le cor retentira ses trois coups. Prépare-toi, il est temps pour toi d’éprouver ta valeur au combat.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
aziraphale
Commandeur


Inscrit le: 31 Mai 2007
Messages: 948

MessagePosté le : Jeu Déc 15, 2011 5:20 pm    Sujet du message : Répondre en citant

pitoula :
mantelet


Citation :
Mantelets
Ces boucliers statiques, assez grands, sont placés devant les engins de siège ou tireurs d'une armée assiégeant un château, les protégeant ainsi des flèches ennemies tout en leur permettant de tirer eux même.



Bataille de Dëlëgän Sylïn : le chant d'honneur

A la suite de cette bataille, un chant fut inventé dans les tanières :

Ode aux mantelets


Le vent souffle sur les sables de la Croisée des Mystils,
je jette un regard sur ces minables, leurs forteresses débiles.
Akur, le fils du menuisier est venu me chercher,
les chefs ont décidé de mener le combat dans la vallée.

Là, où tous leurs ancêtres, de géants guerriers ,
après de grandes batailles, se sont imposés en maîtres,
c’est l’heure maintenant de conquérir leurs terres
contre une armée de gobelins prête à croiser le fer.

Toute la meute s’est réunie autour de grands mantelets,
pour invoquer les dieux afin qu’ils puissent nous aider.
Après cette prière avec mes frères faisant beaucoup de zèle,
les chefs nous ont donné à tous des gorgées de gürh,
pour le courage, pour franchir tous les murs,
pour rester grands et fiers quand nous serons dans la bataille.


Après quelques explication de stratagèmes,
toute la meute, le glaive en main s'installa sous les planches,
la planque était terrible et je ne voyais que les temps,
Et toujours pas d'ennemis à mettre sous nos dents,
nous étions là assis sur nos montures, sur leurs hanches.
Soudain, l'odeur du sang à nos narines, tel que l'on l'aime.

Mes frères chargèrent l’un auprès de l’autre devant mon regard,
sous le poids de nos armes ils tailladaient tous ces bâtards,
des lances, des crocs et des épées dans le désert gris
qui écoulait du sang sur le sable du lieu-dit.
Comme ces jours de peine où le loup se traîne,
à la limite du règne animal et de la haine.

Dans leurs rangs, on entendait le son d’une corne,
d’un chef ennemi qui rappelait toute sa troupe,
mais ce fût trop tard pour ces fils de viorne,
nos mantelets mornes avait cacher tout notre groupe.

Dans leurs rangs, on entendait le son d’une corne,
d’un chef ennemi qui rappelait toute sa troupe,
mais ce fût trop tard pour ces fils de viorne,
nos mantelets mornes avait cacher tout notre groupe.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
Montrer les messages depuis :   

Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    La Taverne de Nantys Cairn Index du Forum -> Concours de Background / Castels Voir le sujet précédent .::. Voir le sujet suivant
Toutes les heures sont au format GMT

Page 1 sur 1

 
Sauter vers :  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by ..:: SGo ::..