La Taverne de Nantys Cairn Index du Forum La Taverne de Nantys Cairn
Le forum des Terres de Saïhan !
 FAQFAQ    RechercherRechercher    Liste des MembresListe des Membres    Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs  Terres de SaïhanTerres de Saïhan
 S'enregistrerS'enregistrer     ConnexionConnexion 

[Intro] L'Arrivée en Outre Ouest
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    La Taverne de Nantys Cairn Index du Forum -> Campagne Saïhan : La Guerre Secrète du Silence

Auteur Message
Oracle
Lord


Inscrit le: 28 Juin 2012
Messages: 309

MessagePosté le : Jeu Mar 14, 2013 11:48 am    Sujet du message : [Intro] L'Arrivée en Outre Ouest Répondre en citant

Introduisez ici votre personnage in-game/roleplay à l'aide d'un texte d'ambiance décrivant son arrivée ou sa vie dans l'Outre-Ouest de saihan.

    Note 1 : 1 post maximum par personne, d'autres topics/scénarios et lieux seront ouverts à mesure pour décrire la suite des aventures de votre personnage.
    Vous pouvez toutefois éditer votre intro si nécessaire.


    Note 2 : Pour le BG, servez vous du topic reprenant les grandes lignes de la campagne, du background des unités dans le jeu, et des textes des [MJ] Outre Ouest, La Guerre Secrète du Silence..


    Note 3 : vous n'êtes pas obligé de publier tout de suite un texte d'intro pour votre personnage. Vous pouvez attendre d'avoir participé à d'autres récits ou d'avoir mieux assimilé le BG de la campagne, si vous voulez garder le secret vos origines ou les rendre plus cohérentes à mesure.




Dernière édition par Oracle le Mer Mar 20, 2013 10:10 am; édité 1 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Skagorr
Rapporteur général


Inscrit le: 25 Sep 2006
Messages: 3475

MessagePosté le : Lun Mar 18, 2013 7:26 am    Sujet du message : Répondre en citant

Le soleil morne et gris peinait à poindre par delà l'épaisse brume qui couvrait le sol. S'il perçait parfois aux cœurs mêmes de forêts impénétrables, on l'eut-dit ici asphyxié et vidé de toute sa chaleur.
Un arbre noueux aux feuilles sombres. Les branches s'agitèrent. Un léger vent soufflait sur la vaste plaine. Au pied de cette inattendue verdure d'Outre-Ouest une mare immobile. La brise ne provoquait aucune ondulation à sa surface. Quatre corbeau se tenaient sur les branches, leurs yeux rayonnaient d'une intelligence peu commune. Quatre paires d'yeux fixaient avec intensité les eaux noirâtres.
L'un des volatiles s'élança, plongeant dans le miroir aqueux. Il pénétra dans l’eau sans un éclat. Ses compagnons poussèrent de puissants croassements.

Quelque part dans le lointain deux yeux jaunes, si vieux, sortirent de leur sommeil.

Les cris de graille se confondaient en une mélopée funeste. La mare se fendit en deux révélant une forme recroquevillée sur elle-même, flétrie et desséchée, aux membres bruns et racornis, semblables à du bois mort.

- Le rappeler ? Cette chose se fera croquer par son Huant, si miséreux soit-il ! Fous que nous sommes.

- Chhhh !

Ce sifflement impérieux fut émis par le plus gros des corbeaux. Il descendit dans la trouée, se posa sur la bouche de l'homme et d'un coups puissant lui planta son bec dans le front. Puis il recula. Il ne cessa de fixer la blessure qu'il venait d'infliger tandis qu'il regagnait sa place sur les branches.
Après quelques instant d'infimes gouttes de sang commencèrent à perler de cette plaie. Puis comme une force trop longtemps contenue le flot s'intensifia jusqu'à ce que le liquide vermeil jaillisse si haut qu'il éclabousse les corbeaux.
Sous eux s'opérait une terrible transmutation. Le corps desséché prenait du volume … il se développait et s'allongeait. Les membres recroquevillés se raffermirent et durcirent. La peau sombre s'éclaircissait lentement.

- Par le Rax ! Souffla le borgne.

Un regard du grand, celui qui semblait mener le groupe, exigea le silence. Le vent avait cessé de souffler.
Au fond de la mare un homme de grande taille au corps robuste et nu ! Vivant ! Sa peau était très pâle mais n'avait rien de maladive, sa barbe et ses cheveux noirs plus sombre que la suie. Il ne bougeait pas ; ses yeux grands ouverts fixaient vaguement le ciel.

- Il vit ! Bolverck, Hognir ! Le Rax avait raison !

Hognir qui n'avait pas encore croasser contempla l'homme avec circonspection. Il ne semblait pas si différent des autres de sa race.

- Il me semble aussi amorphe qu'un cadavre. Si sa poitrine se soulève, son corps reste à terre !
- Moque-toi, Hognir ! Il sommeil depuis si longtemps, répliqua Bolverck. Son esprit doit encore être embrumée, il était plongée par delà les abîmes et les gouffres sans fond. Parle-lui Darsleif !

L'imposant corbeau voletait désormais en cercle au dessus du corps.

- Réveille-toi, Hreidnir !

Les yeux de l'homme se fermèrent doucement. Il semblait murmurer, répétant le nom qu'on lui donnait ... Hreidnir ...

- Hreidnir de Corvo !

Un cri surhumain froissa le corps. Ses yeux s'ouvrirent exorbités et l'ensemble de ses muscles semblaient vouloir se contracter en même temps. Ses articulations craquaient comme des centaines de coups de tonnerre. Un fracas à nul autre pareil que seulement vint déchirer le silence.
Lentement, le guerrier souleva, de lui-même, son corps engourdi.

- Sortez-le !

Bolverck et Hognir descendirent à contre-coeur. Chacun enserrèrent l'un des poignets d'Hreidnir et le soulevèrent hors du trou. Une fois au pied de l'arbre, les eaux de la mare reprirent leurs droits.

- Votre Roi brise-t-il notre pacte ? Il s'exprimait avec une voix profonde, ancienne.

- Patience, Corvo. Ta nuée arrive. Combattras-tu nos ennemis ?

L'arbre peu à peu s'emplissaient de corbeaux.

- Me laisseront-il le choix. Et je les terrasseraient.

Quelques oiseaux arrivèrent alors, chargé de présent pour le Seigneur de Corvo. Il enfila la cuirasse noire qu'on lui présenta ainsi que le pesant manteau de plumes.

- Hreidnir, Paladin-Choucas. Va, digne !

Derrière lui, le soleil tentait d'éventrer le ciel des Sentines pour la dernière fois, et la plaine sombra peu à peu dans les ténèbres.
Seule résistèrent à la nuit, les yeux jaunes d'un Huant. Et un rire méphitique.

_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
lodace
Baugier


Inscrit le: 15 Juil 2007
Messages: 49
Localisation: 34

MessagePosté le : Lun Mar 18, 2013 10:36 am    Sujet du message : Il n'est pas seul ... Répondre en citant

Sun Tsu n'erre plus au gré de sa réflexion, il a enfin trouvé le Lieu qu'il recherchait depuis si longtemps.
Il sait qu'il doit tout réapprendre et son pécule est déjà vidé.
Attendre, attendre un peu se dit-il avant de combattre la cible qu'il a déjà découvert, mais son impatience est grande.
_ _ _

Sun Tsu continue de bâtir, en son fort intérieur, il sait que Prudence est sa mère, Ruse est son père.

Déjà sa méditation lui a fait apprendre à se dissimuler de ses ennemis mais bientôt grâce à son Maître des poisons, il pourra venger ses frères et sœurs déjà tombés sous les lâches les coup de ses ennemis qui ne respectent rien.
Il prépare l'enfer pour eux !!!

Ses frères daros s'installent non loin de son castel et commencent leur lente conquête, il y a de la place dans ce pays silencieux

_ _ _

Livre 3

Mon apprentissage a pris un tour différent de celui de mes pensées profondes. En observant mes ennemis, j'ai appris l'Art de la diversion.
J'ai traversé ensuite les terres du Silence pour mes premiers combats, mes ennemis ont détruit ma faible armée mais grâce à elle, j'ai goûté au plaisir de leur nuire.
Je suis parti du champ de bataille le cœur triste en laissant les corps de ma soldatesque mais tard dans la nuit, j'ai trouvé d'autres volontaires et je suis reparti harceler les âmes noires.

_________________
A +

Gilles
http://www.lodace.net
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Cowcow
Cavalier


Inscrit le: 11 Nov 2010
Messages: 134

MessagePosté le : Lun Mar 18, 2013 6:21 pm    Sujet du message : Répondre en citant

Duarh Nur.

Le dernier du funeste clan s'était donc échoué dans les landes désolées de l'Outre-Ouest. Son périple avait commencé il y a longtemps, il croyait même être né sur le chemin de l'Ouest, apprenant à survivre au pièges et au dangers avant même de savoir parler, il en avait résulté d'un être petit et nerveux, paranoïaque et plutôt silencieux...
Les Sharras s'étaient faites impérieuses en lui ordonnant de s'y diriger , malgré sa jeunesse, il leur devait obéissance et soumission, il leur devait tout. Mais il avait discerné un certain malaise dans les paroles de ses maîtresses . Pur esclave de la force et de la haine des Sharras, Duarh était fin prêt pour le défit monumental que le destin lui avait opposé et imposé. Un million de questions lui encombrait l'esprit et parmi-elles, que craignaient donc les Sharras de l'Outre-ouest ? Cette zone putride et immobile, dont les rares communications apportaient leurs lots de massacres et de meurtres.

Dans une torpeur déjà pesante, il sentit que l'emprise des Sharras était moins forte, presque plus douce et il connut une liberté presque totale... pour se retrouver dans un marécage puant encombré de loups et de Daronoan. Il édifia l'un des premiers castel Gobelyn d’Extrême Ouest, et sût sa destinée.

Depuis quelques temps, sa garde privée de Demiurges lui rapportaient des faits inquiétants, la folie guettais n'importe qui dans ces marais, et une puissance sourde et malsaine semblais couler des les eaux putrides des Sentines Solitaires. Peu à peu, il devina que les Sharras n'oseraient jamais venir elles-même ici ; la source de ce pouvoir les détruiraient à coup sûr, aussi y avait-elles envoyées de simples Gobelyns, menu fretin qui en grand nombre, seraient peut-être capable de contenir le mal de ce pays... Ou de mourir sans grande conséquences. Duarh Nur ne ressentais presque plus la fureur des Déesses et son esprit enfin libre, une rancœur énorme commença a sourdre de son esprit.
_________________


Dernière édition par Cowcow le Dim Mar 24, 2013 11:02 am; édité 4 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mountos
Hobereau


Inscrit le: 30 Nov 2009
Messages: 170
Localisation: Laval

MessagePosté le : Lun Mar 18, 2013 8:06 pm    Sujet du message : Répondre en citant

Des années, voir des décennies. Le temps importait peu où il se trouvait.
Seule la survie comptait dans cette contrée désolée.

Pourquoi être venu dans cette région si lointaine et si funeste ? Peu de personnes le savait. Le Roi Pourpre lui avait confié cette mission, à lui, didrouz, de s'informer sur cette région déserte et si silencieuse.

Cette mission, tenue secrète, pour éviter que l'ennemi ne s'interroge ni aille enquêter sur cette région, pour des raisons que seul le Roi et quelques Hauts-Seigneurs connaissaient.

C'est à didrouz de résoudre le mystère du Silence rongeant cette terre dévastée de l'Ouest et de régler les problèmes à venir.
_________________



http://saihan.enix.org/main.php?saicode=20497
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
zoldra
Guerrier


Inscrit le: 27 Déc 2011
Messages: 5

MessagePosté le : Mar Mar 19, 2013 12:44 am    Sujet du message : Répondre en citant

La route fut longue pour atteindre ces marais peu accueillant...a l'ouest , toujours plus a l'ouest , avancer encore plus profondément dans l'inconnu... plus il s’éloignait de sa civilisation , plus un silence pesant se faisait ressentir. Il ne voulait pas découvrir ce que lui réservait ces terres, la folie,une rage de destruction voila ce qu'il ressentait en arrivant...rare sont les moments ou son corps se refuse a obéir, immobiliser sur son cheval telle une statue de pierre , les muscles engourdis, le regard perdu à l'horizon montrant des marais à perte de vue toujours plus sombre. Après quelque instant a l’arrêt a contempler les lieux il repris peu a peu des forces et s'arma de courage...il venait d'entrer, il ne pouvait désormais plus faire demis tour, sa mission passant avant tout, il ne pouvais decevoir les siens.

Deja au loin il voyais ces nuages épais , ou le soleil peine a percer pour inonder de sa rassurante chaleur...ils voyais cette couleur rougeâtre rappelant sans aucun doute celle du sang, de sombre pensé lui vinrent à l'esprit les combats avaient commencer, il devait se hâter.

Arriver par le sud il le chemin de quelque un de ses frères d'armes déjà en position construisant défenses et casernes pour se préparer a un long combat, à son grand étonnement mais aussi soulagement il ne vit aucun ennemis au sud et entreprit donc de monter un camp de fortune pour préparer ses hommes au combat, un long voyage ramollis les hommes , et dans des régions hostile comme celle il ne faut aucun relâchement.

Un moment de détente enfin...les préparatif étaient lancer, les hommes a l'entrainement , les travaux de construction en cours...la lourdeur de ses paupières se faisait sentir...ses yeux le brulait comme si il regardait le diable...

- ...dois.......message.............guerre....nord

Le bruit d'une discutions en dehors de la tente le tiras de son demis sommeil.Le garde entrait dans la tente la mine refroidis par la nouvelle.

- Mon seigneure , un éclaireur reviens du nord, il semblerait que le plus gros des forces soit entrer en ces terres par des routes plus au nord, des affrontement font rage, et des seigneurs daronoan réclame notre aide de toute urgence pour pallier l'arriver massive de loup et de gobelyn dans l'ouest du pays.

- Les troupes ne sont pas encore prêtent...mais...nous ne pouvons les abandonner, laisser un intendant finir les travaux de défenses et dites aux combattant de se préparer nous partirons a l'aube.


En ces terres cauchemardesque la voix de l'affrontement semble la seul option envisageable...
_________________
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
jeuvodent
Ennemi du Gana


Inscrit le: 24 Oct 2006
Messages: 343
Localisation: A la gauche du Gana

MessagePosté le : Mar Mar 19, 2013 8:30 am    Sujet du message : Répondre en citant

Dans les interstice et les replis du Magyons, dans le sang et dans les crânes, il attend. Dieu sanglant, Dieu du carnage, porteur de mort.

Kharn...

Alors qu'il est vénéré par une poignet d'adeptes, ceux ci transmettant leur pensées et leur puissance à leur maitre, Le sombre être sanglant, vénéré par le Magyion lui même sent qu'il y a un endroit où il peut trouver de nombreux adepte.

Loin de tout, éloignés des conflits de la guerre de Vengeance, éloignées de touts les Prescients du Synode. L'outre-ouest s'avère être un pays pouvant accueillir son esprit sanglant et insondable afin d'y trouver de nouveau croyant.

Lentement, les tissus sanglant se détachèrent de la toile sanguine du Magyion, Kharn choisis rapidement sa cible, un incarnal, fier et froid. Il apprendrait à rapidement vivre avec son maitre.
Finalement, Le dieu sanglant s'enracina dans l'âme de ce commandeur.

Son regard s'injecta de sang.

"Soldat" fit il à une servante qui était là et regarda l'incarnal avec un étonnement. "Oui ?"

"Le Dieu sanglant est arrivé, il a vu les massacres prochains, une guerre à sa gloire, une guerre contre un ennemi plus puissant que tout ce que nous avons connu. Le vide... "

La femme le fixait, son regard légèrement effrayé de comprendre.

"Et que devons nous faire ?"

"Tous les trouvez, tous les unir face aux silence et tous les tuer. Tous les détruire, ne pas se laissez corrompre, ne pas se laisser envahir par le vide. Ici se jouera une guerre au delà de votre compréhension."

Il se leva dans son armure imposante et vint prendre la femme dans ses bras qui était étrangement chaud malgré le froid du métal.

"Ressens l'appel du Carnage mon enfant.... nous devons les unir pour tous les tuer."

Un baiser se posa sur les lèvres de la Daronoan surprise, un léger filet de sang sur les lèvres, elle le regardait

"Oui, Seigneur"
_________________
Citation :
Jeuvodent (21/05, 17:45)
Fadeur le Revenant > tu devrais, quand Skag dit un truc, c'est du Skagisme, quand Skat dit un truc, c'est du Skatlisme et quand Je dis un truc, c'est une connerie
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé MSN Messenger
Dudu 21
Administrateur


Inscrit le: 17 Oct 2010
Messages: 391
Localisation: Ybarnoan Storn

MessagePosté le : Mar Mar 19, 2013 10:17 am    Sujet du message : Répondre en citant

Capitaine Phâraun,

Vous êtes détaché du service actif et êtes à partir de cet instant déclaré comme disparu. Aux yeux de tous vous serez considéré comme mort et personne ne vous cherchera.

Cette mission est secrète et nécessite votre expérience des contrées inhospitalières. Vous partirez demain pour la contrée des brumes de l'Ouest. Ces contrées nous sont inaccessibles et afin de pouvoir prendre le contrôle des marais loups nous devons savoir ce qui se cache là bas et peut arriver en nos terres.

Votre priorité sera de nous retourner les informations et non qu'elles soient complètes. Veillez à revenir en vie.
J'ai toute confiance en vous capitaine.

Gloire à la couronne d'or

Althalus Capâschen, Muraille des larmes


Phâraun replia la lettre et la rangea dans sa besace alors que son regard parcourait ces terres désolée ou flotte perpétuellement d'étranges brumes d'une couleur crème camouflant le pasage et étoufant tous les bruits.

Sa loyauté pour le Baron de la maison Capâschen l'avait poussé à accepter cette mission et malgré sa résolution, il en venait parfois à douter de pouvoir retrouver un jour ses frères et son seigneur.
Il sentait que ce lieu était bien plus terrible et dangereux que les hordes gobelynes et louves qu'il avait parfois aperçu sur sa route.

Mais désormais il était là, éclaireur au service de la couronne et de sa baronnie, et il mènerai à bien sa mission quoi qu'il lui en coute. Il se dirigea alors vers le petit camp qu'il avait monté autour de sa tente et ou parfois d'autres âmes égarées venaient l'y rejoindre.

_________________
Gloire à la couronne d'or, et mort sanglante pour ses ennemis !!!

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Sombre
Belliciste


Inscrit le: 05 Mai 2008
Messages: 32

MessagePosté le : Mar Mar 19, 2013 3:29 pm    Sujet du message : Répondre en citant

Vishnak se redressa brutalement sur sa couche.
Son corps musculeux, luisant de sueur, frissonna malgré la douce chaleur qui régnait dans la hutte.
Les nombreux tatouages couvrant sa peau témoignaient de sa qualité de guerrier.
L’un d’eux en particulier, représentant un bouclier orné d’une tête de loup, faisait de lui le protecteur de la tribu.
Son courage n’était plus à prouver pourtant le songe avait laissé place à une sourde angoisse qui commençait déjà à le ronger.
Il avait ressenti l’appel du Grand Louvard, encore plus loin dans les marais de l’Outre-Ouest. Un appel impérieux, sombre et silencieux.

Se recouchant, il s’aperçût que son bras, brulant, se parait d’une nouvelle marque tribale.
Il tenta de se rendormir, il aurait besoin de toutes ses forces pour répondre à cet appel.

Au levé d’une aube blafarde, alors qu’il traversait le campement pour entreprendre son périple, il aperçût les meilleurs guerriers de la tribu regroupés et armés sur la place principale.
Tous arboraient cette nouvelle marque sur le bras.
Après un signe de tête, ils se mirent en route vers leurs peurs, un Silence de plomb les accompagnants vers les profondeurs des marais de l’Outre-Ouest…
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Nithard
Guerrier


Inscrit le: 17 Oct 2012
Messages: 6

MessagePosté le : Mar Mar 19, 2013 7:58 pm    Sujet du message : Répondre en citant

Les brumes avaient recouvert les étangs dormants, orbites vides parsemant le bourbier des Gales, et noyaient désormais les rares chênes des marais toujours dressés, sentinelles solitaires, sinistres veilleurs des tourbes. Les bêtes hurleuses se terraient. L’indicible couvait.

Moi, Odomar, puissant par la poigne, fils du jarl des Gales, quittai les territoires de chasse de mes ancêtres, inquiet des sombres rumeurs en provenance du couchant.

Au-delà de la Ligne de Dàane, des étrangers étaient arrivés, êtres de légendes et de veillées au coin du brasier, brisant la quiétude du marais, réveillant des souvenirs depuis longtemps oubliés.

Au bord des eaux noires, un fortin fût levé. Dans le cor des nuées, je soufflai. Les clans des Gales à l’assemblée des guerriers, furent appelés. Les serments d’allégeance furent renouvelés. En guerre les clans repartaient…
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bercilak
Guerrier


Inscrit le: 13 Sep 2012
Messages: 4

MessagePosté le : Mer Mar 20, 2013 3:50 am    Sujet du message : Répondre en citant

Un pays pourri, voilà ce que c'est. L'air y sent la mort en permanence, la terre n'y est rien de plus qu'une vaste mare d'immondices, même la lumière y est mourante de l'aube au crépuscule. Le soleil n'est jamais venu ici et je suis sûr que les dégénérés qui servent de population locale n'ont même pas de mot pour en parler. Je ne suis d'ailleurs pas convaincu qu'ils sachent parler tout court, grogner et gesticuler tout au plus.

Un endroit détestable donc. A choisir, j'aurais préféré une mission diplomatique auprès d'un quelconque fauniarque à moitié fou, mais le choix était en rupture de stock quand les Sharras ont ordonné la mise en place de cette expédition. "Allez vers l'Ouest, découvrez ce qu'il s'y trame et mettez-y un terme si besoin est" ou quelque chose du même ton. Maintenant que j'y suis, dans l'Ouest, je ne peux que constater que le voyage retour n'a jamais fait partie de la mission.

Et clairement, il se passe des choses ici. Des choses folles évidemment, il n'en existe pas d'autre variété dans ces parages. En ces lieux perdus, la folie fait partie intégrante du paysage, c'en est même le composant principal. Le reste du tableau n'étant que boue et cadavres, tout deux en quantités. Il faut dire que les premiers affrontements ne se sont pas faits attendre, le territoire étant historiquement sous la domination des Loups. Des Loups marqués par la vie en Outre-Ouest et donc encore plus bas du front que d'ordinaire, une prouesse en soi. L'arrivée des vils elfes pourpres a par ailleurs mis fin à tout espoir d'une résolution rapide du conflit

C'est donc le chaos. Une mêlée à trois sans la moindre utilité pour la possession d'une vaste étendue de néant. On raconte que ces lieux sont en proie à un mal de l'esprit, une affliction qui rend fou ceux qu'elle frappe. Et bien, la malédiction peut rester au chaud dans un recoin obscur de légendes oubliées, car personne n'a besoin d'elle ici pour être insensé.

Et pourtant... l'endroit est malsain au-delà du naturel. Je peux le sentir à chaque fois que j'impose ma volonté aux créatures sous mon commandement, à chaque empreinte que mes pas laissent dans la boue et à chaque cris de guerre ou de douleur que j'entends. Quelque chose ici déforme les sens, les formes et les esprits, une influence subtile et terrifiante qui vous retourne cerveau comme estomac. La terre elle-même est hostile et ceux que la folie ne prend pas tombent dans les pièges des marécages. Certains de mes soldats ont abandonné les unités de mesure classiques et estiment maintenant les distances en pertes. Mon fortin personnel se retrouve ainsi relié à la citadelle alliée la plus proche par un court trajet d'une douzaine de morts seulement.

Pour ma part, je pense adapter ce système à la mesure du temps. Et cette guerre promet d'être longue.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Oracle
Lord


Inscrit le: 28 Juin 2012
Messages: 309

MessagePosté le : Mer Mar 20, 2013 10:11 am    Sujet du message : Répondre en citant

(up : mise à jour des infos de BG et des conditions de ce topic !)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Manÿniörus
Dresseur


Inscrit le: 06 Mar 2013
Messages: 12

MessagePosté le : Mer Mar 20, 2013 6:40 pm    Sujet du message : Répondre en citant

Des fous ! Tous des fous.

Moi, tystnad, je suis né dans ce pays, je SAIS ce qu'ils vont affronter ces envahisseurs.
Je suis déjà passé, autrefois, du côté du silence.
Cela n'a pas duré, mais combien des miens sont tombés avant que je reprenne mes esprits ?
Eux qui se croient invulnérables s'entredéchirent, sauront-ils faire face lorsque le vrai danger viendra ?

Ce sont des fous, qui, par leur présence, excitent et font grandir des forces qu'ils ne soupçonnent pas.

Malgré tout, ce sont des fous courageux, je combattrai à leurs côtés.
Et, si je retombe dans la malédiction qui m'a donné mon nom, ce sont des fous à qui je ferai payer cher leur arrogance !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Svendel
Chevalier


Inscrit le: 04 Aoû 2011
Messages: 24

MessagePosté le : Mer Mar 20, 2013 8:43 pm    Sujet du message : Répondre en citant

Toujours plus loin, toujours... Plus il s'enfonçait dans les marais, moins il lui semblait probable qu'ils aient une fin. Sænmuhr avait commencé ce voyage il y a des années déjà. Il n'était qu'un guerrier quelconque alors, entraîné dans la folie des terres de l'Ouest par quelque chef de tribu lancé dans une obscure quête.

Plus ils avançaient, plus l'humidité se faisait présente, aussi impossible que cela leur paraissait, et plus la nature se faisait hostile. Nombreux furent ceux emportés par des bêtes dont ils ignoraient jusqu'au nom, plus encore ceux qui succombèrent sans gloire aux fièvres perfides des marais.

Puis vint ce terrible soir, un soir en pleine journée. La brume omniprésente se densifia. L'obscurité voila bientôt ses compagnons, étouffa jusqu'à ses cris désespérés adressés à ceux-ci tandis qu'il sentait l'eau l'enserrer dans une cage de moiteur. Il crut percevoir des hurlements au loin à moins que ce ne fut les siens étrangement distordus par les malices de l'Ouest.

Lorsqu'il reprit connaissance, une barbe fournie lui faisait face qui s'éclaira d'un fin sourire à sa vue. Sænmuhr, tout d'abord soulagé de retrouver une présence humaine, s'alarma rapidement en constatant quel effroyables outils ornaient les murs. Quelle ne fut pas sa stupeur lorsque le brahmane acheva ses soins avec une douceur étrangère à tout charognard.

Après quelques jours, il fut de nouveau sur pied et prêt à reprendre la route. Il était seul à présent mais, sans qu'il en comprit la raison, il se sentait poussé à continuer la quête inaccessible de son dominant. Quelques uns des Loups qui l'avaient recueilli l'accompagnèrent alors, soit qu'ils n'aient guère envie de voir leur protégé se perdre à nouveau dans les périls des marais, soit que la folie des lieux leur aient insufflé quelque esprit d'aventure.

Ils lui avaient appris à reconnaître les pièges, à éviter les bêtes les plus dangereuses, à trouver la nourriture où elle se trouvait, à bâtir des abris dans cet environnement hostile à toute construction sérieuse. Et à présent se dressait devant une étrange réunion de tentes et remparts bâtis à la hâte que des flammes venaient déjà lécher éclairant les vifs combats que se livraient Gobelyns, Daronoans et Loups en cet improbable endroit. Etait-il arrivé au terme de ces terres ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Fergus
Dresseur


Inscrit le: 18 Mar 2013
Messages: 13

MessagePosté le : Jeu Mar 21, 2013 7:54 pm    Sujet du message : Répondre en citant

La pluie battait les eaux boueuses du marais telle des lames faisant jaillir le sang.
Altin ne pu s'empêcher de jurer contre le ciel, tout le monde était habitué à l'entendre gémir mais au fond tout ces hommes voulaient aussi maudire le destin.

Vous vous demandez qui sont ces hommes, ou plutôt ces elfes? Et bien il s'agit là des daronoans qui sont probablement les plus mal chanceux de l'armée. Cette quinzaine de soldats n'est autre qu'une unité constitué de ceux dont on ne peut se débarrasser directement, ce ne sont que des bâtards, des maudits ou des mal-formés. C'est d'ailleurs ce qui explique leur présence dans une zone aussi dangereuse que hostile: le marais des indécis. Tyliadon, bâtard d'un baron, s'est vu confiée cette unité avec pour objectif de "cartographier" l'ouest inconnue, et il enrageait d'autant plus en sachant que sa petite sœur, enfant naturelle, commandait déjà une armée dans les terres centrales, il était plus fort et compétent qu'elle, tout le monde le savait! Mais il s'était résigné depuis peu à ne faire que survivre pour narguer son père.

C'est là que le messager de leur futur malheur arriva. Un elfe décharné couvert de loques, comme la plupart des daronoans voyageant dans l'Ouest. Le messager remis sa lettre et s'en alla tout de suite sans demander son reste. Tyliadon ouvrit la lettre et il ne trouva qu'une nouvelle dépitante, son unité était réquisitionné pour participer à l'ost de l'Ouest qui partait aider leurs alliés tarpains. 
Un moment le chevalier se sentit désemparé quand il vu que il ne faisait que migrer plus en avant dans l'Ouest. Le seul réconfort que la lettre apporta était que tous les hommes participant à l'expédition allaient monter en grade, une maigre consolation en vue des dangers qui les attendaient.

Voyageant depuis des semaines, en ne croisant que quelques autre patrouilleurs, Tyliadon était tout à coup pris d'un doute, les forces daronoans envoyées dans l'Ouest semblaient encore moins nombreuses que ses prévisions. Et que dire de la région: un enfer sur terre, tout semble vouloir votre mort, les animaux, la végétation, la plupart des populations locales, même l'air semblait avoir une hostilité envers vous. Les hommes de sa troupe et lui n'étaient plus que l'ombre d'eux mêmes, ils étaient devenues de cruels monstres qui tuaient tous ceux qui semblaient leur en vouloir, et un silence pesant s'installer sur la troupe. Et si le voyage avait été rude, la destination semblait pire que n'importe quel endroit sur terre, la troupe de bâtards, recouvert encore de sang séché ne traversaient que des terres boueuses, stériles où régnait en permanence un silence oppressant et une odeur de charogne en décomposition.
La guerre qu'ils allaient devoir mener ne semblait plus être qu'un long couloir de la mort pour tous les êtres en présence.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis :   

Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    La Taverne de Nantys Cairn Index du Forum -> Campagne Saïhan : La Guerre Secrète du Silence Voir le sujet précédent .::. Voir le sujet suivant
Toutes les heures sont au format GMT

Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers :  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by ..:: SGo ::..