XinofluPrologue

AccueiL :: ChronologiE :: SeRies :: GenRe :: AuteurS :: ExoDragon :: ConTact :: Vous êtes 34.225.194.144
<< SommaireN9 Numero9 XinofluHm >>
<< GreenHand SeRies XinofluHm >>
<< ValariaN ChronologiE SommaireN9 >>
<< IncantationS GenRe DonnE >>



Xinoflu : Prologue



Et si... et si un jour, un professeur avait enfin une classe modèle ?
Imaginez un peu...
Une gentille dame allant sur la quarantaine, avec un peu d'embonpoint et un petit chignon de cheveux noirs derrière la tête, en train de faire cours à ses élèves si souriants et si intéressés.
" Moi, m'dame ! Moi, m'dame !" qu'ils scandent tous à chaque question, quel bonheur !
Mais voilà, tant qu'à imaginer des élèves parfaits, autant s'amuser un peu.
La prof arrive, et constate qu'après avoir posé son sac sur le bureau, un drôle d'engin est accroché au bord gauche du tableau.
Elle observe bien : une glissière à rideau au-dessus et au-dessous du tableau à craies, avec un tampon géant longiligne qui relie les deux, à la verticale.
- Mais qu'est-ce que c'est que cette chose ? Se questionne très justement le professeur.
- En fait, voyez-vous, m'dame, répond un élève, on s'est dit que plutôt que de vous ruiner la santé à effacer le tableau avec un petit tampon, on pourrait vous simplifier la tâche.
- Oui, oui ! Renchérit un autre élève à l'air jovial.
- Certes, mais encore ? Demande la prof.
- Bah, voilà, c'est très simple : tirez sur le long tampon pour pouvoir le déplacer sans effacer. Comme ceci.
Un petit "clac" se fait entendre, et le dénommé Joachim fait glisser le tampon disproportionné, comme une échelle de bibliothèque le long du tableau.
- Si vous voulez effacer, vous faites pareil mais en position appuyée contre le tableau.
Joachim fait une démonstration devant l'air médusé du professeur, et l'air très content d'eux-mêmes des élèves.
- Et voilà, conclut-il, très fier.
- Mais c'est... mais que...
La prof bégaie un peu, puis se reprend comme elle peut :
- C'est... c'est plein de bon sens, merci.
- Oh vous savez, c'est juste un poil de bricolage, c'est tout. On peut commencer le cours, s'il vous plaît ?
- Je... oui, bien sûr, répond la prof qui n'en revient toujours pas, et on la comprend.
La dame a perdu beaucoup de sa prestance, mais le cours se déroule sans accrocs (forcément, puisque ce sont des élèves parfaits).

Quelques jours plus tard...
Madame Tirpoui arriva dans la salle de classe, pour se rendre compte avec étonnement que ses élèves d'habitude bien sages sont dispersés un peu partout dans la salle. Un groupe est en train d'écrire sur le tableau, d'autres sont attablés n'importe comment, penchés sur leur table et écrivant on ne sait quoi frénétiquement ou soigneusement. Le plus gros groupe est massé devant le bureau de madame Tirpoui, concentré devant le livre de cours avec des feuilles et des stylos étalés un peu partout.
Joachim relève la tête, et un sourire bienveillant vient éclairer son visage avenant :
- Bonjour, m'dame !
- Mais, qu'est-ce que vous faites ?!
- On est en train de terminer le livre de cours. On s'ennuyait, alors on a décidé de faire tous les exos du livre et d'apprendre rapidement toutes les leçons par coeur pour prendre de l'avance. Comme ça vous pourrez directement passer au programme de l'année suivante.
Il lui offrit un sourire satisfait et sympathique.
Le professeur dut se tenir au montant de la porte pour ne pas défaillir. Avait-elle vraiment entendu ce qu'elle venait d'entendre ? Voyait-elle vraiment ce qu'elle avait devant les yeux ?
- C'est...c'est... bredouilla-t-elle.
- Gentil ? Proposa Joachim.
- Bien vu ? Demanda un autre.
- Prévoyant ? Essaya un troisième en riant.
- Inespéré, contredit madame le professeur. Il faut... il faut que je prévienne le directeur.
Elle faillit bousculer un élève en faisant demi-tour pour sortir prestement. Ce dernier était chargé de livres comme un bourricot :
- Oh, pardon m'dame. Hé, les gars ! C'est ce que j'ai pu trouver de plus dur : physique quantique, philosophie compulsée, théorie des systèmes automatisés microscopiques, étude et développement autour des sciences mentales, précis d'anatomie globale et micro-encyclopédie de l'être humain. On devrait pouvoir s'occuper un moment avec ça !
- Chouette ! Répondit Joachim.
- Je rêve, dit, totalement incrédule, madame Joséphine Tirpoui, les yeux exorbités.

Elle trouva le directeur et lui expliqua la situation. Ce dernier la rassura et l'emmena faire un tour dans les couloirs, pour discuter plus tranquillement :
- Oui, oui, je sais, fit le bedonnant et paternel directeur, la barbe grisonnant avec l'âge.
- Mais quand même ! De la physique quantique !!
- Que voulez-vous, les jeunes, aujourd'hui... abdiqua poliment le directeur.
- Mais enfin, monsieur le directeur !
- Mais enfin quoi, ma chère ? Regardez-les, ces enfants : ils s'amusent ! Si ça leur fait plaisir, alors laissez-les être plus que surdoués. Ils sont parfaits, ils sont parfaits, un point c'est tout, dit-il d'un air fataliste amusé.
Rien ne semblait pouvoir inquiéter le serein directeur. Ils regardèrent passer un groupe d'élèves dont l'un avec un petit objet dans la main. Les enfants partirent rejoindre la salle d'à côté en s'écriant :
- Hé, regardez les copains : on a découvert et reproduit le mouvement perpétuel !
Le directeur soupira. Madame Tirpoui gardait la bouche pendante. Le vieux barbu reprit :
- Et en plus, ils se gèrent tous seuls... braves petits, que demande le peuple ?

Quelques semaines passèrent...
Madame Tirpoui rentra en trombe dans le bureau du directeur :
- Monsieur le directeur, ce n'est plus vivable !
- De quoi ? Demanda le nonchalant personnage, toutefois un peu fatigué, bien que souriant.
- Ils viennent encore de trouver un remède !
- Contre quoi cette fois ci ?
- Bah... tout, en fait, enfin c'est ce qu'ils prétendent.
- Je suis presque tenté de les croire... Depuis que la communauté médicale internationale a validé leurs travaux sur le vaccin contre toutes les formes de cancer, je suis vraiment tenté de les croire...
- Ils me fatiguent, monsieur, si je puis me permettre.
- Vous pouvez, mais dépêchez-vous, ils sont en train de travailler là-dessus en salle 18.
- Sur quoi ? Demanda le professeur.
- La fatigue, répondit le directeur. Après avoir abouti à la pilule anti-fatigue, ils mettent au point une philosophie zen beaucoup plus efficace selon eux, et n'ayant besoin d'aucun support matériel. La puissance de l'esprit, qu'ils appellent ça !
- La salle 18, ce n'est pas là qu'ils développent leur robot colonisateur de planètes à sauvegarde de l'écosystème indigène, plutôt ?
- Parfaits, ils sont parfaits, soupira en réponse le vieux monsieur...


Puis, un jour...
- Tiens, Joachim ! Tu travailles sur quoi en ce moment ?
- Oh, pas grand chose... Je reviens d'Alpha du Centaure, au fait.
- Qu'estcequeziguegue ? Bredouilla madame Tirpoui.
- Ah oui, j'ai oublié de vous dire qu'on a développé le voyage intersidéral instantané et que l'espèce humaine a colonisé les étoiles plus vite que les médias n'ont pu couvrir l'événement.
- D'accord, ok, si tu veux... et à part ça ? Demanda la prof d'un air blasé. Cela faisait un moment qu'elle avait baissé les bras face au "phénomène".
- On est en train de travailler en collaboration avec le groupe de linguistique subphonique de la salle 12 pour trouver le secret du bonheur total et intégral, la béatitude extatique finale, avec rétroaction temporelle !
- Encore une journée bien remplie, Joachim.
- Certes. Merci, m'dame, et bonne journée !
Et sur ce, il repartit aussi vite qu'il était arrivé, laissant une madame Tirpoui de plus en plus désemparée dans les couloirs de l'école.


Une date inconnue, salle 12...
- Eurêka !
- On a trouvé, youpi !!!
Ce fut la liesse générale autour de l'ordinateur supra-maxi-quantique bio-éthérique au centre de la salle.
- Le bonheur ultime, enfin !
- Le mot de la fin, littéralement ! Plaisanta un des élèves.
- J'en ai les larmes aux yeux tellement je suis heureux de pouvoir dire : "j'y étais" !
- Quel aboutissement sublime, quand même !
Cela dura le temps de quelques accolades et autres baisers fougueux de filles et garçons expansifs en ce moment de joie partagée.
Puis le calme revint peu à peu, laissant place à un silence solennel. Joachim prit la parole au milieu du groupe d'une quinzaine d'individus :
- Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, l'heure est grave. Dès que l'un d'entre nous aura pensé et prononcé ce mot, une réaction en chaîne irrépressible propagera la béatitude dans nos esprits, dans nos corps. Le mouvement s'amplifiera de lui-même, s'étalant sur toute la planète, dans tout l'univers après cela ! Et même encore à travers le temps et les dimensions, à tout jamais ! Notre vie ne sera plus qu'un rêve de rêve de rêve sans fin de ce simple mot ! Son évocation deviendra synonyme de bonheur instantané et omniprésent partout dans le multivers ! Je remercie d'ailleurs à ce sujet les élèves du groupe sur le mouvement perpétuel.
(Ces derniers hochèrent la tête en remerciement)
C'est un mot qui... enfin, je ne trouve pas d'autres mots, et pour cause : c'est le mot !
- Alors qu'attendons-nous ?
- Tu as raison, allons-y...
Un silence d'une dizaine de secondes suivit...
Puis une courte inspiration, et les lèvres de Joachim prononcèrent d'une voix ferme, les yeux braqués sur l'écran :

Xinoflu...



"Et tout se figea dans la béatitude ultime, dans une inertie en gravité zéro, les yeux grands ouverts et la bouche pendante, flottant mollement dans les airs à tout jamais... Plus rien, plus rien, plus rien que ce flottement total, les yeux dans le vague, les meubles, les gens et les choses voletant très doucement en tous sens, rebondissant les uns contre les autres avec une lenteur doucereuse...
Les atomes eux-mêmes n'étaient plus soumis à aucune force qui soit, si ce n'est celle du bonheur béat du Xinoflu...
La vague de béatitude extatique franchit des milliers d'années-lumière et des centaines de dimensions en un instant, provoquant la plus phénoménale conversion de masse qui ne pourra jamais être réalisée par une religion sans credo...
Le summum, le nadir comme le zénith, le paroxysme final du bonheur...

Le Xinoflu..."


Par Skatlan, sur une idée d'Erasmus.



<< SommaireN9 Numero9 XinofluHm >>
<< GreenHand SeRies XinofluHm >>
<< ValariaN ChronologiE SommaireN9 >>
<< IncantationS GenRe DonnE >>

Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]